dirigeant demain

Le management, ce beau métier...

Depuis 20 ans j'accompagne des dirigeants ou des équipes de direction, dans leur rôle de management. Ce blog est une invitation à l'échange d'expériences, d'idées, de pratiques autour d'un domaine en pleine évolution.


Fanchic Babron

16 octobre 2016 0 Commentaire

La juste posture

La juste posture

La juste posture managériale est un concept qui me tient à cœur et que j’évoque fréquemment dans mes coachings. En quoi consiste-t-elle et sur quoi repose-t-elle ?

La juste posture tient compte du système managérial de la personne, c’est-à-dire de son environnement métier, des acteurs avec lesquels elle est en interaction, des enjeux auxquels elle est confrontée, de son actualité du moment, de la culture et des modes de fonctionnement de l’organisation à laquelle elle appartient. Cela signifie que le manager, pour adopter la juste posture, doit être conscient de ce système, en avoir identifié les différents éléments et la façon dont ils interagissent. Cela a pour conséquence qu’une juste posture est singulière : propre à un environnement managérial donné.

De la même manière, la juste posture est adaptée à l’instant. Cela suppose de la part du manager une pleine conscience de l’ici et maintenant, de ce qui joue pour lui, pour le système auquel il contribue, à cet instant. Pour cela, il doit avoir une conscience claire de son identité de manager, de son rôle. Cela suppose, lorsqu’on est confronté à une situation complexe, de prendre un temps de recul et de pleine conscience, de se recentrer sur son identité de manager, sur ce qui se joue, des enjeux essentiels du moment.

La démarche ne peut être fondée uniquement sur l’analyse, car souvent, les situations auxquelles le manager est confronté sont trop complexes, et le temps manque pour une analyse rationnelle exhaustive. Il faut aller vite, et donc pour cela suivre son intuition. Mais pas n’importe comment.

La « bonne intuition » est associée à la bonne distance vis-à-vis des émotions. L’exercice de pleine conscience doit intégrer cette mise à distance des émotions : il ne s’agit pas de les nier, mais de les observer en les maintenant à la bonne place. La bonne intuition permet de trouver la juste posture si on garde sa lucidité et sa clairvoyance vis-à-vis des situations, des personnes, des enjeux. L’approche doit être à la fois globale, et en même temps tenir compte des détails essentiels.

Lors d’un coaching, alors que la personne vient de décrire une situation délicate à laquelle elle est confrontée, je pose souvent la question : « Compte tenu de ce à quoi vous êtes confronté là, maintenant, quelle est la bonne attitude, comment l’adopter, de quoi avez-vous besoin pour cela ? ». Ce questionnement en apparence simple amène la personne coachée à prendre conscience de ses propres besoins, de ses limites et de ses fragilités. Cela est important car la juste posture ne peut être trouvée sans cela, sans cette conscience de soi et de ses besoins et limites.

De la même manière, la juste posture nécessite d’avoir conscience et d’accepter de ne pas tout voir et comprendre : il convient donc d’avoir une idée claire de ses propres croyances et des grilles de lecture de la réalité que l’on adopte.

La juste posture est l’apanage des managers ancrés, ayant développé une forte connaissance d’eux-mêmes, capables d’assertivité. La juste posture est une posture alignée, relâchée, non rigide, ouverte au monde, à l’autre et à soi. Elle nécessite, plutôt que d’être obnubilé par les bruits du monde, d’être à l’écoute de ce qui monte en soi.

Fanchic BABRON

Mots-clefs :, ,
26 août 2016 0 Commentaire

L’entreprise aspirationnelle !

L’entreprise aspirationnelle !

Quelles que soient les mutations du monde, l’enjeu essentiel pour les dirigeants demeure la performance de leur entreprise.

De plus en plus, les dirigeants souhaitent que cette performance soit globale, c’est-à-dire qu’elle porte à la fois sur les dimensions économiques et financières, commerciales, industrielles, sociales, environnementales, etc.

Ils souhaitent aussi que cette performance soit durable.

Les conditions de cette performance globale et durable ont évolué avec les mutations du monde, avec l’hypermodernité, la transformation digitale, l’arrivée des nouvelles générations, la succession de crises financières, sociales, politiques, philosophiques, l’émergence d’opportunités scientifiques et technologiques, les nouveaux défis environnementaux.

L’entreprise, pour être performante, doit désormais jouer avec l’interdépendance dans laquelle elle évolue ; elle doit être ouverte au monde multidimensionnel qui l’entoure, acceptant la porosité des frontières, assumant la complexité et l’incertitude ; elle doit être agile et en mouvement permanent.

Certaines des entreprises performantes ont quelque chose en plus, que recherchent aujourd’hui les dirigeants.

Ce quelque chose se nourrit de la performance, et… constitue de plus en plus une condition de la performance : lorsque les personnes qui y travaillent en parlent, elles ont les yeux qui brillent ! Elles en parlent avec fierté, évoquent un sentiment d’accomplissement et d’épanouissement. Et cet élan est partagé par les clients de ces entreprises, leurs actionnaires, leurs fournisseurs, leurs partenaires. Bref, ces entreprises suscitent un effet « waouh » ! Tout particulièrement auprès des nouvelles générations.

Nous les appelons les « entreprises aspirationnelles ».

Elles sont « aspirationnelles » parce que le projet qu’elles portent et la façon dont elles fonctionnent ont l’effet d’un courant ascendant qui met en mouvement tout ce qu’il rencontre, permettant un alignement des énergies, évoluant avec agilité en fonction de l’environnement. Cette dynamique aspire vers le succès, en mobilisant et en mettant en synergie les talents de tous les acteurs de l’organisation. Elle révèle, mobilise, responsabilise, met en lien, en donnant du sens et en soutenant les initiatives.

Ces entreprises cultivent trois vertus essentielles.

  •  L’attention

Elles pratiquent l’attention de deux façons différentes, et complémentaires.

    • Elles sont attentives, au monde qui les entoure, à leur environnement, ainsi qu’à elles-mêmes et aux personnes qui y collaborent. Elles sont à l’écoute des bruits faibles annonciateurs de changements, elles sont dans l’anticipation des futurs possibles. Elles font preuve de lucidité, d’ouverture d’esprit et de curiosité.
    • Elles sont attentionnées :
      • Vis-à-vis des personnes, collaborateurs, clients, partenaires de tous statuts, faisant preuve d’empathie, de solidarité, d’indulgence et de générosité ;
      • Vis-à-vis du monde qui les entoure, de leur environnement, des acteurs avec lesquels elles sont en interaction, faisant preuve de respect, d’éthique et de responsabilité.
  • L’authenticité

Elles ont une conscience affirmée de leur identité et de leur raison d’être, et disposent de fortes convictions éthiques. Elles sont respectueuses de leur histoire et de ce qui les a façonnées. Elles sont claires sur leurs intentions, conscientes tout autant de leurs génies que de leurs vulnérabilités. Sincères dans leur démarche, elles cherchent à adopter en toutes occasions la posture juste : dans leur positionnement stratégique, dans leur gestion, leur fonctionnement et leur management, dans leurs relations avec toutes les parties prenantes et dans leur communication. Elles font preuve de congruence, de transparence et de simplicité, et en font les ferments de leur efficacité.

  • La plasticité

Cette troisième vertu s’appuie sur les deux premières. Elle traduit une grande capacité à se transformer rapidement et efficacement pour s’adapter aux mutations de l’environnement, pour saisir les opportunités, améliorer sans cesse la créativité, la capitalisation, déployer les leviers de la performance globale et durable.

La plasticité repose sur une dynamique collective particulière : l’entreprise aspirationnelle est constituée de petites entités autonomes dans leur fonctionnement, attentives à leur environnement, capables d’anticipation, et donc fortement agiles. Ces entités sont reliées les unes aux autres par des connections multiples, et animées par une même culture de la transmission de l’information, des idées et des expériences vertueuses. Attentives, attentionnées et authentiques, elles sont plus qu’interdépendantes : elles sont solidaires les unes des autres, recherchant les synergies là où celles-ci sont essentielles, raisonnant liens plutôt que frontières.

Fanchic BABRON

12345...32

International Logistics Net... |
e-clim-pas-cher |
Actusrtsenlive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kategreen
| Brucedon
| Jetv