7 décembre 2013 7 Commentaires

Le risque de « groupthink » au sein du CoDir

Le « groupthink », ou pensée groupale, est un risque majeur pour les CoDirs, dans la mesure où il provoque une perte de lucidité vis à vis de la réalité et une inadéquation des décisions prises.

Pour Fisher (1997) “la pensée groupale désigne le fait qu’à l’intérieur du groupe se  développent des mécanismes psychologiques qui incitent les individus à rapprocher leurs points de vue les uns des autres, à développer une cohésion qui leur fait prendre des positions irrationnelles ; elles se manifestent en particulier par le fait que l’on ne tient plus compte des réalités extérieures et, de ce fait, la décision prise est souvent boiteuse.”

La pensée groupale se caractérise par un certain nombre de filtres cognitifs qui conditionnent la construction et le partage des représentations au sein de l’équipe de direction :

• le sentiment d’invulnérabilité, proche de l’illusion de contrôle (“nous sommes invincibles et au-dessus des lois”) ;
• la conviction d’être dans son bon droit ;
•  la tendance à rejeter une information contraire à la vision du CoDir ;
•  les pressions exercées sur les membres afin qu’ils soutiennent la décision majoritaire ;
•  l’auto censure face à une éventuelle divergence de vue ;
•  la tendance des membres du CoDir à diaboliser des personnes opposées à leur décision.

Janis recense six facteurs favorisant le “groupthink” : la fermeture du groupe sur lui-même, son niveau élevé de cohésion, la présence d’un leader très directif, l’absence de règles de procédure, l’homogénéité idéologique du groupe et l’existence de menaces extérieures pressantes.

Pour Blanchet et Trognon (1994), le “groupthink” “tendrait à se constituer lorsqu’un groupe vise à établir un consensus sur la solution la plus acceptable pour sauvegarder la cohésion du groupe et éviter les discussions susceptibles d’être sources de conflit. Un certain climat de complicité cherche à s’instaurer dans le groupe. Les membres évitent de prendre des initiatives ou de suggérer des contre-hypothèses. La solution préférée initialement par le groupe est soutenue de façon sélective. Le groupe aveuglé par ses préjugés est victime de l’esprit de corps qui tend à étouffer toute pensée critique indépendante.”

Fisher identifie finalement quatre éléments caractéristiques des décisions prises en situation de pensée groupale :

  • la pauvreté de l’information recherchée ;
  • les biais dans le traitement de l’information et la définition des objectifs ;
  • l’absence de prise en compte des risques potentiels que la décision comporte ;
  • le manque de recherche d’alternatives logiques et cohérentes.

Pour tenir compte de ce risque de pensée groupale, j’utilise personnellement quelques leviers. En voici six :

  1. Sur chaque sujet abordé par le CoDir, expliciter clairement quelle est la question posée, puis demander quelques minutes de réflexion individuelle, avant de faire un tour de table où chacun exprime sa réponse à la question : le dirigeant s’exprime en dernier, et le débat n’est engagé que lorsque le tour de table est terminé ;
  2. Lorsque le CoDir aborde une question sensible, ou complexe, nommer un « avocat du diable », une personne dont le rôle sera d’être confrontant, d’exprimer les questions qui dérangent, les contradictions, les objections ;
  3. Faire faire à l’équipe régulièrement une « méta-communication », c’est-à-dire une séance où chacun exprime au groupe la façon dont il perçoit la dynamique collective, ce qui lui parait efficace, et ce qui pourrait être amélioré ;
  4. Faire participer périodiquement aux réunions du CoDir des personnes de l’extérieur : des collaborateurs experts d’un sujet, des « candides », des intervenants externes (consultants, experts, …) ;
  5. Faire travailler séparément les membres du groupe sur la même question, en deux ou trois petits groupes, puis comparer les réponses. Il est possible aussi de faire travailler chaque sous-groupe sur les réponses des autres, en donnant comme consigne d’enrichir, ou à l’inverse de contredire ;
  6. Lancer à la fin d’une séquence de débat et de production d’idées, l’étape de « recherche de l’erreur » : qu’avons-nous oublié ? Quel est le point essentiel que nous avons laissé de côté ? Que dirait « tel acteur » externe au CoDir ?

Une autre question maintenant : et si la pensée groupale gagnait nos réseaux de coachs et autres consultants ? Est-il possible d’imaginer une rupture dans la façon d’exercer notre métier, de réinventer l’art d’accompagner les dirigeants et les équipes de direction ? Le débat est ouvert…

Fanchic BABRON

7 Réponses à “Le risque de « groupthink » au sein du CoDir”

  1. sylvie soubiran 8 décembre 2013 à 19 h 01 min #

    Bonsoir Fanchic,
    J’aime l’énergie que vous mettez à ouvrir, questionner, avancer, suggérer, partager..
    Serait-ce la face visible d’un profil Leader-Créateur-Animateur ?!
    Bien à vous,
    Sylvie.

    • Fanchic BABRON 8 décembre 2013 à 19 h 31 min #

      Merci Sylvie pour votre feedback, j’aime assez l’idée de cette combinaison de caractères. Je pense que le caractère Expert n’est pas loin non plus.
      J’attends avec impatience notre réunion des 23 et 24 janvier pour échanger sur tous ces sujets.
      Bien amicalement.
      Fanchic

  2. FOUCHER 13 décembre 2013 à 20 h 07 min #

    Bonjour Fanchic,
    A la lecture de votre article, je me posais les questions suivantes:
    Y a t’ii un stade de développement d’équipe qui favorise ce syndrome?
    Est-ce plutôt par solidarité ou par peur que le risque groupthink s’installe?

    • Fanchic BABRON 14 décembre 2013 à 8 h 54 min #

      Merci Corinne.
      J’ai eu l’occasion d’observer cette dérive à tous les stades, mais pour des raisons différentes. Il peut y avoir par exemple un mécanisme de défense individuel vis à vis d’un patron « autoritariste », un effet de dépendance fusionnelle avec un patron à l’inverse « maternant », une tentation de repli sur soi corporatiste dans un stade relevant du fonctionnement en silos, ou encore un phénomène d’illusion groupale dans un stade plus avancé et, en apparence, efficient. Bref, même effet, causes variées, … et donc vigilance quand à l’interprétation et au choix des leviers d’actions!

    • NAthaël 14 décembre 2013 à 12 h 06 min #

      Bonjour à vous.
      Il est fort probable que le « groupthink » s’installe par phénomène de cristallisation, peut être même une forme de syncristallisation qui est le fait de cristalliser les (mêmes?) idées ensemble et de se cristalliser soi-même avec les autres sur ce même ensemble d’idées. On obtient alors une arborescence figée, une rigidité d’un ensemble sans sève ni racines, une sorte d’aborisation (comme la cristallisation de végétaux par le gîvre sur une vitre)une immobilité séduisante, brillante, stérile. C’est à l’image du groupe cristallisé sur lui-même. Ceci n’étant qu’une réflexion…. cordialement.

  3. Godeleine 15 mai 2015 à 22 h 34 min #

    Bonjour,

    Quelles est , d’après vous la constitution idéale pour un codir?

    • Fanchic BABRON 19 mai 2015 à 20 h 16 min #

      Bonjour et merci pour votre commentaire,
      pouvez-vous préciser votre question ? Vous parlez de constitution idéale : en termes de personnalités ? de compétences, d’expériences, de fonctions, … ?
      Je ne suis pas sûr de pouvoir parler de constitution idéale, il convient d’avoir un CoDir adapté au contexte et aux enjeux de l’organisation, du point de vue des compétences représentées, des expériences et niveaux de maturité. Important donc de contextualiser.
      Une autre idée, au delà des personnalités individuelles, c’est la dynamique collective qui compte, la personnalité du collectif.
      Je travaille en ce moment (un article en préparation) sur le développement du « leadership collectif », c’est à dire l’étape qui suit l’intelligence collective, celle où le collectif devient porteur de sens, modélisant dans son fonctionnement, catalyseur de l’organisation.
      N’hésitez pas à préciser votre question, je partagerai avec plaisir.
      Fanchic


Répondre à FOUCHER

International Logistics Net... |
e-clim-pas-cher |
Actusrtsenlive |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kategreen
| Brucedon
| Jetv